Léo Chesneau

Le travail de Léo Chesneau est une déconstruction, où persiste la trame, comme fondement de l’image, en tant qu’infrastructure de construction et de sa reproduction industrielle. La trame est pour l’artiste son protocole de création, dont la présence est à chaque fois manifestement assumée. C’est bien dans cette déconstruction, que l’artiste convoque la chaîne de production de communication, dans laquelle il se plaît à répéter que la seule humanité qui persiste est alors dans le geste du colleur d’affiche.

Léo Chesneau

Sans Titre, 2021

Diptyque, encre Toner sur papier contrecollé sur bois

204 x 126 cm (80 3/8 x 49 5/8 in.)

CHE2021-2595

7'000 EUR HT / 7'420 EUR TTC

Pour plus d'informations : lucas@galeriefrankelbaz.com

Par et dans cette déconstruction, Léo Chesneau interroge essentiellement l’acte de création. L’artiste est entré dans une rationalisation radicale du processus créatif, en éliminant toutes les contraintes de production.

Par la porte Leroy-Merlin, d’un format rigoureusement de 63 x 204 cm, il devient libéré de son support et autonome dans son déplacement ; par son papier, industriellement produit et bureaucratique, il élimine la préparation de l’apparition de l’image ; par son pigment d’imprimante, il intègre le hasard.

Léo Chesneau

Sans Titre, 2021

Diptyque, encre Toner sur papier contrecollé sur bois

204 x 126 cm (80 3/8 x 49 5/8 in.)

CHE2021-2594

7'000 EUR HT / 7'420 EUR TTC

Pour plus d'informations : lucas@galeriefrankelbaz.com

Léo Chesneau

Sans Titre, 2021

Diptyque, encre Toner sur papier contrecollé sur bois

204 x 126 cm (80 3/8 x 49 5/8 in.)

CHE2021-2536

7'000 EUR HT / 7'420 EUR TTC

Pour plus d'informations : lucas@galeriefrankelbaz.com

Le tableau commence par une succession d’aplat de gesso. Ce geste me permet d’entretenir un premier contact avec mon objet, et ainsi de le protéger, comme le fait la peau sur notre corps. Cette étape est déterminante, les bas reliefs de ma peinture se retrouveront révélés plus tard par le pigment toner, analogiquement à la technique du frottage. 

Une fois le tableau neutralisé et protégé, je le recouvre d’une deuxième peau, en utilisant du papier standard A4 pour imprimante, blanc ou de couleur. Procédant en damier, le support est recouvert feuille par feuille. Chaque panneau contient des traces / lignes, provoquées par le changement de couleur d’une couche à une autre. Il faut compter 30 papiers A4 pour recouvrir la pièce intégralement, et certaines œuvres peuvent contenir jusqu’à 10 passages.

Le support est alors rempli de mes divers gestes de fabrication : traces de colle, marques du rouleau, trame de la peinture, successions de lignes qui découpent et légendent les différentes étapes effectuées. La pièce contient également la marque des mains et des doigts ayant servi à sa manipulation, ou certains gestes simplement oubliés. L’objet possède alors une mémoire, celle de sa fabrication. 

C’est à ce moment- là que le travail de révélation peut commencer. 

Léo Chesneau

Sans Titre, 2020

Diptyque, encre Toner sur papier contrecollé sur bois

204 x 126 cm (80 3/8 x 49 5/8 in.)

CHE2020-2502

7'000 EUR HT / 7'420 EUR TTC

Pour plus d'informations : lucas@galeriefrankelbaz.com

For all images

Photo: Claire Dorn

© Leo Chesneau